Affichage des articles dont le libellé est coiffure lilou. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est coiffure lilou. Afficher tous les articles

jeudi 21 juin 2012

Article soin : Le yaourt, un hydratant efficace et pas cher

Bonjour les gens !

Avant de commencer, je dois vous prévenir. Cet article est mon dernier ici. Sur une base régulière en tout cas. 
Comme vous avez pu le voir ces dernières semaines, je n'ai pas pu tenir le rythme de publication, et ça ne va pas s'arranger, vu que j'ai commencé cette semaine un nouveau boulot qui va me prendre beaucoup de temps. Je suis comblée, mais c'est quand même avec un petit pincement au cœur que je dois arrêter un an et demi de publication hebdomadaire.

Comme Tiquette avant moi, il se peut que je publie encore de manière sporadique, quand j'aurais un peu de temps libre ou une nouvelle découverte ébouriffante à vous faire partager, mais ce sera un petit bonus au planning désormais bien rempli de 1001 coiffures.

----------------------------------------------

Rentrons désormais dans le vif du sujet, un sujet soin donc, avec cette fois un produit de votre cuisine.
Coqi vous avait parlé du miel, Ombelline vous a donné une recette de masque au fromage blanc, et moi, je vais vous parler d'un actif de base, que vous trouverez dans presque tous les frigos :

Le Yaourt

"Hummmmm, Yaourt !" - Homer Simpson


Qu'est-ce  que le yaourt ?

Une question qui peu paraître un peu idiote, tout le monde sait ce qu'est un yaourt, sauf que... il y a un piège.
D'après la législation Européenne, un yaourt est un produit à base de lait animal (le "yaourt" de soja est une appellation fausse par exemple) fermenté grâce aux bacille Streptococcus thermophilus et Lactobacillus bulgaricus. Toute préparation laitière ne contenant pas "Lactobacillus" ou contenant d'autres bactéries que ces deux là, ne sont techniquement pas des yaourt. (source)

Et en plus, il est violet. Si c'est pas girly tout plein...

Plus subjectivement, pour la suite de l'article, je vous parle spécifiquement du yaourt de base, ou du brassé bulgare, assez pauvre en matière grasse, contrairement au yaourt grec par exemple, et bien sûr, non aromatisé. En gros, si vous le faites vous même, c'est le lait, les bacilles et c'est bon, si vous l'achetez, prenez le moins cher du supermarché.

Petite précision, un yaourt est encore comestible très longtemps après la date de péremption. Tant qu'il n'y a pas de points de couleurs ou de poils qui poussent, c'est bon. A fortiori, si vous ne voulez pas le consommer après la DLC, il est parfaitement recyclable pour les cosmétiques, donc ne jetez jamais un vieux yaourt. Sauf s'il a trois ans et qu'une colonie de bactéries autonome a commencé à évoluer en une société intelligente. Encore que, même là, vous pouvez toujours tenter de devenir leur dieu. Ça peut être cool à défaut d'utile.

Quelles sont ses propriétés ?
 
Le yaourt agit à plusieurs niveaux : sur les longueurs et sur le cuir chevelu.

Au niveau des longueurs, c'est un hydratant assez bluffant. Il est légèrement nourrissant à cause du petit peu de graisse qu'il contient, mais surtout, il permet la pénétration de l’humidité au cœur de la fibre capillaire. De plus, je n'ai pas trouvé de trace de cet effet là, donc je parle au conditionnel, mais j'ai tendance à penser que l'acidité permet de refermer les écailles et donc de conserver l'hydratation, de faciliter le démêlage et de faire briller la chevelure.

Au niveau du cuir chevelu, il permet l'hydratation et la souplesse de la peau, ce qui entraîne une diminution des démangeaisons et des pellicules sèches. Peu gras, il permet aussi une purification en douceur des cuirs chevelus gras et aide à leur régulation.


Pourquoi ça marche ?

Plusieurs choses entrent en jeu :
  • L'acide lactique qu'il contient a une action exfoliante sur la peau. De plus, il aide à l'apport et la fixation de l'hydratation car il a une affinité particulière avec les protéines de la peau et des cheveux.
  • C'est un agent astringent qui vas resserrer les pores du cuir chevelu et ainsi aider à réguler le sébum.
  • Les bactéries qu'il contient sont proches de la flore naturelle de la peau. Elles sont donc particulièrement précieuse lorsqu’il y a un déséquilibre suite à un traitement (antibiotiques cutanés par exemple) ou a des décapages trop fréquent. Elles vont permettre de soigner, ou de soulager, certaines mycoses et autres irritations.

Comment l'utiliser ?

Seul ou mélangé, avec du miel pour un masque hydratant, de l'huile pour une version plus riche, ou un jaune d’œuf pour un masque complet, il suffit de l'étaler sur les longueurs et/ou le cuir chevelu et de le laisser poser 30min à 2h (au-delà, c'est possible, mais pas forcément nécessaire) pour soigner vos cheveux.
On peut aussi le mélanger à des plantes ou extraits de plantes pour combiner des effets qui nous intéressent.
Petit bémol important : Si on le laisse poser trop longtemps (moi, je le remarque au bout d'1/2h, mais certains plus tard, ça dépend de votre sensibilité olfactive) le yaourt, avec la chaleur de votre crâne, commence à tourner et sent une odeur très désagréable qui rappelle le vomi de bébé.
Cependant, elle est facile à contrer. Soit on le laisse poser seulement 1/2h (ce que je fais en général), c'est déjà bien suffisant dans le cadre d'un masque d’entretien. Par contre, si c'est un masque de soins intensifs sur cheveux très abîmés, il faut laisser poser plus longtemps. Dans ce cas, vous pouvez ajouter une bonne dose de cannelle en poudre (Attention, surtout pas d'HE de cannelle qui est très dermocaustique), ou des HE au parfum puissants mais peu dangereuses comme l’ylang-ylang (senteur de jasmin+vanille+une pointe d'anis), le citron ou la listée citronnée (autre nom de la verveine citronnée). La première HE étant réputée pour donner du brillant à votre tignasse, et les deux autres sont excellentes pour réguler un cuir chevelu gras ou à pellicules.


Une petite recette pour la route ?

Évidemment voyons ! Où l'on retrouve notre vieil ami l'hibiscus, panacée et plante principale de la sainte trinité capillaire.

Salut toi !
Cette recette apaise les démangeaisons du cuir chevelu et réduit drastiquement les pellicules sèches. Elle peut être aussi utilisée pour hydrater et faire briller les longueurs.
Smoothie à l'hibiscus :

Ingrédients :
1 poignée de fleur d'hibiscus séchées
1 yaourt

Matériel :
Un verre
Un bol
Un pilon  (ou vos doigts et de l'huile de coude)
Un mixer
2ventuellement, une passoire à grille moyenne

Préparation :

La veille, réduire en une poudre très grossière les fleurs séchées et les mettre dans un verre. Recouvrir d'eau chaude, que le niveau de l'eau soit juste au dessus des fleurs, mais qu'il n'y en ait pas trop. C'est juste pour les ramollir et leur faire sortir leur actifs.
Couvrir et laisser reposer 12h environ.

Le lendemain, dans le mixer, verser le yaourt et le verre de fleur macérées avec leur eau. Bien mixer jusqu'à ce que ce soit à peu près homogène et lisse.
Filtrer au dessus d'un bol afin d'enlever les plus gros morceaux. Si vous n'avez pas de passoire, c'est pas grave, il faudra juste faire attention au rinçage à bien enlever tous les morceaux de la chevelure.

Application :

Raie par raie, prendre une petite quantité de smoothie dans votre main (c'est assez liquide) et l'étaler en massant votre cuir chevelu. Puis passer à la raie suivante.

Quand vous en avez bien mis sur tout le cuir chevelu, verser ce qui vous reste sur le dessus de la tête petit à petit, massez bien et faites glisser le surplus sur les longueurs (ça les hydrate au passage)

Tresser grossièrement les longueurs pour que ça ne coule pas trop, et laisser poser 1/2h-3/4h avant de rincer abondamment et de faire un shampoing pas trop agressif.


Petit bonus, si vous ajoutez 5gttes d'HE de Listée citronnée, vous aurez un soin pour cuirs chevelus gras.

Quelles sont mes sources ?

Cette fois, j'admets, elles sont un peu maigres. Cet article se base surtout sur mon expérience et les connaissances que j'ai pu grappiller à droite à gauche.
Mais quand même :
Un article de "Comment fait-on ?"


Et voilà, c'est donc la fin d'un article et d'une époque. Vous me manquerez énormément, même si je continuerais quand même à traîner dans le coin.

EDIT : Et en plus, il y a eu un bug, et l'article qui était "prévu" quand je suis allée me coucher est passé en "brouillon", ce qui fait qu'il n'a pas été publié. La losse totale, on dirait un départ de Giscard.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 3 mai 2012

Article soin des cheveux : L'ortie

Bonjour les gens !

Premier jeudi du mois, donc un tuto de soins. J'ai fais le tour des huiles et beurres pour l'instant, donc aujourd'hui, on revient aux plantes.
Voyez vous, je suis une fervente croyante et pratiquante en la Sainte Trinité des plantes pour cheveux : Réglisse - Hibiscus - Orties, Amen. Et si je vous ai déjà parlé des deux premières, il est désoramis temps que vous découvriez la troisième. Presque aussi géniale que l'hibiscus et qui pousse comme du chiendent sous nos contrées, voici :

L'ortie Piquante (Urtica Dioica)

source



Qu'est-ce que l'ortie ? Quelle espèce nous intéresse ?

L'ortie est une herbacée commune et vivace, autant dire une mauvaise herbe. Elle est reconnaissable grâce à sa feuille très velue, dentée et pointue à l'extrémité du limbe.

source

L'espèce qui nous intéresse et l'Urtica Dioica, la plus répande et la plus connue des orties. C'est celles qui pique. Mais rassurez vous, une fois sèche ou cuite, ses propriétés urticantes disparaissent, mais on y reviendra.


Quelles sont ses propriétés ?

Assez mal aimée à cause des ses poils urticants, elle regorge pourtant de bienfaits pour nos cheveux et cuirs chevelus.
Comme beaucoup de plantes, elle contient à la fois le poison et son remède. Elle est donc paradoxalement très utile pour soulager les démangeaisons du cuir chevelu et l’eczéma.

Elle est recommandée aussi pour réguler les cuirs chevelus gras, réduire les pellicules et ralentir la chute des cheveux. Bref, c'est une plante complète pour nos cheveux.

Enfin, c'est une plante très riche en vitamines, sels minéraux et oligo-éléments :
  • vitamines : B2, B5, B9, C, K
  • minéraux : silice, magnésium, fer
  • oligo-éléments : cuivre, zinc

La vitamine C, le magnésium et le fer, concourent au bon fonctionnement de l'organisme en général et donc à la santé des cheveux en particulier. La silice entre dans la fabrication du collagène et va renforcer le cuir chevelu.
La vitamine B5 participe au mécanisme de renouvellement et de réparation des cellules et entre dans la fabrication de la peau et des cheveux. Elle va donc renforcer le cuir chevelu, et activer la pousse (ou ralentir la chute) des cheveux. Elle se fixe également à la kératine du cheveux, assurant les cohésion des écailles ce qui rend le cheveux plus fort et plus brillant.


Où la trouver ? Comment la récolter ?

Vous pouvez l'acheter séchée chez votre herboriste préféré, en magasin bio au rayon des tisanes ou sur internet. Fraîche, il peut arriver que vous en trouviez sur les marché en saison (d'avril à octobre en gros) si vous demandez à votre primeur (à condition qu'ils soit lui même producteur de légumes et non pas revendeur)

L'idéal bien sûr étant d'avoir un jardin ou un endroit dans la nature pour aller les récolter vous même. Il y a une technique pour les récolter sans gants et sans se piquer. Voici l'explication trouvée sur Ekopedia :

"Les piquants des orties sont en majorité sur les feuilles. Ils sont dans le sens de la tige vers le bout des feuilles : on peut donc passer son doigt dans ce sens sans se faire piquer. Au début, il ne faut pas appuyer trop fort dessus, mais après on peut appuyer plus. Les piquants de la tige sont perpendiculaires à elle donc, faites attention, mais heureusement ils ne sont pas urticants. Et c'est comme les feuilles : caressez-les au début puis appuyez de plus en plus fort.
On peut aussi toucher le dessous des feuilles sans se faire piquer.
Au bout du compte, on peut serrer le poing sur la racine de l'ortie, puis passer la plante dans son poing de la racine vers le bout de la tige. Effet garanti sur les foules.
Les jeunes feuilles sont par ailleurs très peu urticantes."

Ou alors, vous pouvez aussi enfiler un blouson en cuir ou un ciré pour vous couvrir les bras et une bonne paire de gant et y aller à la barbare, à vous de voir.


Comment l'utiliser ?

Ensuite,vous pouvez les utiliser fraîches ou séchées.

Il est possible de les manger crues pour profiter de tous les bienfaits qu'elle apporte en interne. Pour cela, plier la feuille en deux de telle manière à ce que le dessus de la feuille soit à l'intérieur de la pliure (les piquants sont sur le dessus) puis roulez la avant de la mettre à la bouche. Une dizaine de feuille donne plus d'énergie qu'une barre de céréale d'après Le petit herboriste.

Sinon, vous pouvez les étalez une fois cueillies sur une surface plate, au soleil, ou l'air circule bien, pour les faire sécher. Puis, lorsqu'elles sont bien sèches, les réduire en poudre en les frottant entre vos mains avant de les ensacher. N'ayez crainte, les propriétés urticantes disparaissent au séchage.

Ensuite, vous pouvez utiliser vos orties séchées comme il vous plaira : En incorporant 1càs dans un masque au yaourt, en infusion ou décoction (10 à 15g/L ou 50g de fraîches) qui servira de rinçage ou en lotion pour le cuir chevelu. Vous pouvez également faire un macérât hydro-glycériné à incorporer à vos diverses recettes de soins, des plus simples au plus complexes, en remplacement de la glycérine.


Une recette pour la route ?

C'est parti.

Lotion tonique anti-chute et régulatrice à l'ortie et la menthe

Ingrédients :

100ml d'eau
1càc d'ortie séchée
1càc de menthe poivrée séchée
15 gttes d'Extrait de Pépins de Pamplemousse (EPP) (ou autre conservateur en base aqueuse)

Matériel :

1 casserole et son couvercle
1 flacon spray de 50ml stérilisé
1 passoire à thé
1 entonnoir

Préparation :

Faire bouillir l'eau. Ajouter les plantes et laisser frémir à feu doux et à couvert pendant 10 minutes.
Couper le feu et laisser couvert jusqu'à refroidissement complet.
Filtrer dans la passoire à thé et remplir le flacon de la décoction. Ajouter l'EPP.

Se conserve au frigo pendant 1 à 2 semaines

Utilisation

Tous les soirs, vaporiser sur le cuir chevelu et masser quelques secondes à une minute. La lotion ne graisse pas les cheveux et ne devrait pas laisser d'odeur désagréable. Donc, vous pouvez garder votre rythme de shampoing habituel, ou la mettre après le shampoing de manière à ce que ça reste assez longtemps pour agir.


Sources 




Voilà, la semaine prochaine, vous retrouverez Ender. À dans 15 jours !
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 19 avril 2012

Astuce coiffure : Comment utiliser des épingles à chignon et que ça tienne !

Bonjour les gens !

Me revoilou donc, depuis hier et, hasard du planning, je vais encore vous parler technique. Coquilico avait déjà fait un tuto sur le sujet, mais c'était au tout début de ce blog. C'est tellement vieux que la photographie n'avait pas encore été inventée et qu'elle avait dû faire des petits dessins. Donc on va réactualiser tout ça dans la suite de cet article.

Oui, parce qu'une question qui revient souvent dans les commentaires, c'est "Moi je mets 3524 épingles dans mon chignon, et ça ne tient pas plus de 10secondes. Comment faites-vous ?".

Et biens voyez-vous chez lecteurs, point n'est besoin de se barder de métal au point de faire exploser les portiques de sécurité des aéroports même à distance. Il suffit d'avoir quelques épingles de bonne qualité, correctement plantées et bien placées pour que ça tienne presque tout seul. Et vous vous sentirez tout de suite plus léger. Donc voici :

Comment utiliser des épingles à chignons... 
...pour que ça tienne !





1. La qualité des épingles

En effet, on ne peut pas prendre n'importe quelles épingles pour soutenir un chignon. Il en existe de différentes, qui sont plus ou moins rigides et qui n'ont pas la même utilité.

Pour soutenir un chignon, on choisira de préférence des épingles bien épaisses, qui ne se tordent pas facilement et qui sont plutôt longues (la longueur étant à choisir en fonction de votre longueur et épaisseur de cheveux, il ne faut pas que ça dépasse)

Exemple :


Pour savoir si votre épingle est de bonne qualité ou pas, il y a un test simple. Essayez de la déformer en tirant par le bout des pattes pour les écarter. Si l'épingle est de bonne qualité, ce sera un peu dur, et elle va s'ouvrir sans déformer les pattes. Si elle est de mauvaise qualité, au moins une patte se tord.
Et quand vous les remettez en forme, une simple pression sur le haut de l'épingle, au niveau du virage, pour la refermer suffit à l'épingle de bonne qualité (et normalement, vous pouvez faire ça plusieurs fois, elle ne cassera pas avant pas mal d'essais), alors que l'autre est beaucoup plus dure à rendre plate à nouveau.



Sur ces photos, on voit bien que la patte de la plus mauvaise épingle n'est plus horizontale, et il va être dur de la remettre correctement.

Si vous avez des épingles plus fines ou fragiles, gardez les plutôt pour fixer des décorations ou des petites mèches récalcitrantes. Mais pas pour le maintient principal.



2. Le plantage des épingles

C'est là qu'intervient un certain savoir faire. C'est un coup de main à prendre, mais il est vite pris.
Le plantage des épingles se fait en deux étapes en fait. On ne se contente pas de prendre son épingle et de piquer la où on veut la poser, ce serait bien trop simple.

La première étape, c'est de piquer l'épingle dans le chignon, mais pas vers l'intérieur comme nous le dicte notre logique, mais vers l'extérieur. On ne vas pas jusqu'au bout de l'épingle, on fait dépasser juste un petit peu. La moitié maximum. Tout de suite, la démonstration en images :



La deuxième étape, c'est de basculer l'épingle en frottant contre le crâne pour attraper des cheveux plaqués n'appartenant pas au chignon et de faire repasser l'épingle sous le chignon.


Ensuite on pousse. Si vous avez un chignon à plusieurs anneaux (comme le cinnamon sur les photos), pour que ça tienne encore mieux, poussez lentement en prenant garde à passer à travers chaque anneau. Dans l'idéal (mais ça, c'est dur à réussir quand même), il faut qu'une patte passe le long du crâne, et une autre dans les anneaux. Allez-y doucement quand même, pour que l'épingle passe entre les cheveux, pas à travers en les cassant.


3. Du bon placement des épingles

Alors après tout cela est bien gentil, mais si vous ne mettez que des épingles sur le haut du chignon, ça ne tiendra pas non plus. Parce qu'il y a un truc super pénible sur terre qui s'appelle la gravité et qui fait que tout tombe vers le sol quand ce n'est pas maintenu. (Merci M. Newton ! vous n'auriez pas pu inventer un truc plus utile ?) Et croyez moi, votre chignon n'y échappera pas.

Donc, il faut savoir bien placer ses épingles. Sur un chignon rond et simple, ça va, c'est facile. Il suffit d'en placer 3 ou 4 également réparties sur le tour et ça roule. Par exemple :



Dans tous les cas, on place en premier une épingle au niveau du bout de la mèche, pour ne pas qu'elle glisse. Pensez à planter non pas dans la mèche elle-même, mais dans l'anneau précédent, et c'est au retour, après le basculement, qu'on attrape la pointe au passage. Ça a deux avantages : ça permet de mieux cacher la pointe sous le chignon, et ça prend un point d'ancrage plus solide.

Ensuite, on place les épingles dans l'ordre de priorité du point le plus proche de l'effondrement au point le moins risqué. Pour le cinnamon ci-dessus, on plantera au niveau du quart juste avant la pointe, puisqu'en cas de glissade de celle-ci, c'est là que ça va lâcher en premier, puis le coté opposé et enfin le haut.

Sur un chignon plus compliqué, à vous de voir quels endroits il faut fixer le plus urgemment.


4. Cas "particulier" des épingle plates

On peut utiliser les épingles plates pour retenir une petite mèche folle sur le coté de la tête ou juste pour décorer. Dans ce cas, il suffit de la faire glisser délicatement, la patte la plus longue sous les cheveux contre le crâne, et la patte décorée, ou plus courte sur le dessus de tout ce qu'on veut maintenir.

Il existe des cas où on va utiliser des épingles plates pour maintenir un peu plus une mèche. Par exemple si on veut faire une coque ou un bombé sur le dessus du crâne. Dans ces cas là, pour ne pas que les épingles glissent, il faut les croiser. Elles ne doivent pas être tout à fait parallèles, mais la deuxième mise doit croiser et maintenir la première. 

Exemple :

Oui, j'ai pris des épingles de couleur. C'est plus pédagogique.



Voilà, je crois qu'on a fait le tour. Si vous avez plus de questions, n'hésitez pas à les poser en commentaires, j'essaierai d'y répondre du mieux que je peux.

À dans 15 jours avec un tuto soins cette fois !
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 5 avril 2012

Soin des cheveux : Le monoï de Tahiti

Bonjour les gens !

Aujourd’hui, premier jeudi du mois, c'est l'heure de votre dose de culture soin du cheveux par votre servitrice.

Le mois dernier, je vous avais parlé de l'HV de coco, et donc, ce mois ci, en complément, j'ai décidé de vous parler du Monoï. Le vrai Monoï de Tahiti, et pas les huile à cuire les peaux adolescentes sur les plages de la Côte d'Azur pendant les 5 semaines légales de congés payé. 
En effet, le Monoï de Tahiti obéit à un cahier des charge précis, un peu comme une AOC si vous voulez. Il peut y en avoir des imitation, mais rien ne vaut l'original (si vous voyiez ce qu'ils osent appeler "camembert" en Allemagne, vous en pleureriez).

Donc, tout de suite, parlons du :

Monoï de Tahiti

Une fleur de tiaré Tahiti (Gardenia tahitensis), source


(que je simplifierait en Monoï pour la suite)


D'où vient le Monoï ?


Le monoï, qui signifie huile sacrée en Tahitien, est donc originaire de Tahiti, où la tradition est de faire macérer des fleurs de tiaré dans l'HV de coco si c'est fait à la maison, ou dans de l'huile de coprah pour une utilisation à l'exportation.

Comme je vous le disais plus haut, le Monoï de Tahiti est une appellation contrôlée qui répond au cahier des charges suivant :

"Le Monoï de Tahiti est le produit obtenu par la macération de fleurs de Tiaré dans l’huile de Coprah raffinée, extraite de noix de coco récoltées dans l’aire géographique de Polynésie française au stade de noix mûres, sur des sols d’origine corallienne. Ces noix doivent provenir du cocotier « Cocos nucifera » et les fleurs de Tiare de l’espèce végétale « Gardenia tahitensis » (Flore de Candolle) d’origine polynésienne récoltées au stade de bouton." (extrait du J.O.r.f. du mois d'avril 1992)

A quoi ça ressemble ?

A de l'huile de coco ou de coprah. Avec en plus l'odeur de fleur de tiaré qui est très délicate et très agréable.

Donc en gros, l'huile est solide à température ambiante sous nos latitudes la plupart du temps. Elle est de couleur blanc nacrée à blanc cassé et a une texture lisse si elle est faite à partir de coprah et un peu granuleuse si elle est faite à partir d'huile de coco.
Évidemment, si vous allez l'acheter à Tahiti, ou plus simplement dans le sud en plein été, elle sera liquide, transparente légèrement jaune.

Du Monoï fait maison (source)


Regardez bien la composition, elle ne doit contenir que de l'huile de coco ou de coprah et de la fleur de tiaré (Gardenia tahitensis). Si vous y voyez de la paraffine, ou même un pourcentage de coprah inférieur à 90% fuyez. Loin. Avant qu'elle ne vous mange.

Il est à noté que si le vrai Monoï de Tahiti peut-être certifié Ecocert, du fait du processus de fabrication du coprah, il ne peux pas y avoir de "Monoï de Tahiti" bio. Par contre, certains fabricants (notamment AZ) on préféré laisser tomber l'appellation "de Tahiti" et utiliser de l'huile de coco, afin d'offrir un Monoï bio.


Quelles sont ses propriétés ?

Le Monoï étant de l'huile de coco améliorée, ses propriétés sont les mêmes que notre huile chérie (voir ici), c'est à dire qu'elle est émolliente et adoucissante et donc qu'elle facilite le démêlage. Elle a aussi une affinité particulière avec la protéine du cheveux qui lui permet d'être absorbé au cœur de la fibre pour un soin en profondeur. (dit comme ça, on dirait une pub pour de la lessive)

Une étude (pdf) a montrée que le Monoï réparait la fibre capillaire, refermait les écailles et améliorait l’aspect du cheveux (brillance, douceur, etc.)

Ah oui, j'ai failli oublier, mais contrairement à la légende, le monoï ne protège pas du soleil car il n'a aucun indice de protection, contrairement à d'autres huiles comme l'HV de noix de macadamia ou l'HV de sésame. Par contre, il peut vous permettre de nourrir des cheveux (ou une peau) qui ont été exposé au soleil, et ainsi de limiter les dégâts apparent de celui ci (je ne parle pas des cancers, on est d'accord. Juste des petits désagréments genre sécheresse cutanée, pelade et cheveux ternes et cassants)

Une petite recette ?

Ça va être assez dur. Je vous ai déjà donné celle de mon baume cupuaçu-monoï ici, et à part ça, je l'utilise pure, en bain d'huile ou en couche fine sur cheveux mouillés.

Pour protéger les cheveux de la baignade (en mer ou en piscine), vous pouvez l'utiliser en fine couche, étalée sur toute la chevelure sèche avant d'attacher vos cheveux et d'aller vous baigner. Ce n'est pas forcément miraculeux, mais ça aide à limiter les dégâts, surtout à la piscine, et puis ça parfume les cheveux, ce qui est toujours bien pour draguer à la mer.

Où la trouver ?

AZ
Tahiti (attention à la qualité)
http://www.monoi-tahiti.com/
http://www.savonneriedetahiti.com/
http://www.boutique-monoi-tahiti.com/?gclid=CJz_g5yLxKQCFVD-2AodUgvPDA
boutiques bio (Logona, Lovéa, )
Marques connues : Monoi Tiki (recommandée pour sa qualité), Hei poa, Tevi

Mes sources ?    

Le jardin des chevelus et ses multiples témoignages


Plus les mêmes que dans l'article sur l'HV de coco.

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 22 mars 2012

Chignon pour cheveux très longs : Double chignon celtique

Bonjour les gens !

Je ne vous ai pas trop manqué ? Ender a été gentil avec vous ? 
Bon, ne vous inquiétez pas, me revoilà, avec une jolie coiffure. Par contre, aujourd'hui, je vais ségréguer (oui, j'aime bien ségréguer, ça me donne l'impression de faire partie d'une élite de l'ancien temps), le tuto sera réservé uniquement aux cheveux très longs. Mais genre, vraiment très longs. Pour vous dire, je suis à deux doigts de me ségréguer moi même puisque j'arrive tout juste à le faire. 

L'histoire de ce chignon est un peu coquasse, alors je vais vous la narrer. J'essayais un jour de renouveler mon répertoire en faisant le chignon "nœud magique" de Coqilico, lorsque que quelque part dans mon cerveau, mes neurones ce sont mis en grève et ont décidé de ne rien comprendre. J'ai eu beau essayer plusieurs fois, je n'arrivais pas à obtenir le même résultat que la patronne. Mais j'ai trouvé ce que j'avais fait assez joli, et je peux donc vous le faire partager. Voici le :

Double Chignon Celtique




Temps de réalisation : moins de 2 minutes

Difficulté : très facile






Matériel nécessaire :

- Des cheveux très longs, au moins à la taille
- Un pic à cheveux

Prérequis :

- Chignon celtique


Réalisation :

1. Réunir vos cheveux en une queue de cheval mi-haute. Les torsader un peu pour faciliter la manipulation

2. Faire une première boucle autour de la main qui tient la queue, en passant la mèche vers la paume de la main. Suivant votre longueur et votre épaisseur, faites là autour de 2 à 4 doigts (moi je n'en n'utilise que 2, cf. vidéo)

3. Faire une deuxième boucle exactement pareille. (Dit autrement, enrouler la mèche 2 fois autour de vos doigts)

4. Enrouler le restant de la mèche autour de la base en passant pas le bas.

5. Quand vous arrivez en face de vos doigts qui tiennent, attrapez la mèche avec ces derniers et les faire passer dans les boucles, mais pas entièrement, de manière à former une troisième petite boucle.

6. Passer le pic dans la petite boucle et planter à travers le chignon. Cacher les pointes, et voilà !

Une petite vidéo pour la compréhension :





Et nous, on se retrouve dans 15 jours, comme ce sera le premier jeudi du mois, je vous parlerai du Monoï.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 8 mars 2012

Tuto coiffure et accessoire : Chignon tressé avec filet

Bonjour les gens !

Hier, alors que je déambulais dans un magasin d'accessoires à la recherche d'un donut géant, mes yeux tombèrent sur un petit accessoire que beaucoup connaissent mais qui est assez peu utilisé de nos jour. Or, je trouve que c'est assez, nous ne pouvons plus rester comme ça à dédaigner le passé sous prétexte que nous sommes modernes. Et puis quoi encore ! Si ça continue, on finira avec des fils à scoubidou fluos dans les cheveux. Ah, on me dit dans l'oreillette que Coqui a déjà fait le saut dans la modernité la plus fluorescente. Soit, mais quand même ! Ce n'est pas une raison.

Donc, aujourd'hui, je vais vous parler de cet accessoire qui fleure bon l'ancien temps avec une coiffure qui a certainement déjà été vu ici plusieurs fois, mais c'est pas grave, c'est surtout pour accessoire.


Chignon tressé avec filet



Alors voilà. Le filet à cheveux c'est cet accessoire tout bête, il y a en de plusieurs couleurs et de différentes épaisseurs de mailles (certains sont quasiment invisible) et ça sert tout simplement à faire un chignon facilement (puisqu'en gros, il suffit d'entasser sa tignasse dedans et de fixer avec des épingles) sans avoir de mèches folles qui partent dans tous les sens. Ça permet aussi de faire des chignons très bas qui sans filet ne tiendraient pas.
Voici à quoi ressemble le mien.



Aujourd'hui, j'ai choisi, parce que je suis un peu maso, de compliquer un peu la tâche. Voici comment faire :

Temps de réalisation : 10-15min

Difficulté : Moyen difficile





Matériel nécessaire :

- Des cheveux aux épaules minimum
- 2 élastiques
- 1 filet à cheveux
- des épingles en U rondes (environ 4 à 6)

Prérequis :


Réalisation

1. Brosser les cheveux et faire une raie au milieu (contrairement à moi sur les photos suivantes qui ne sais pas trop ce qu'est "le milieu" d'où l'apparent n'importe quoi de la tresse de droite)

2. De chaque coté, faire une tresse plaquée. Pour ce faire, on procède comme pour la tresse africaine, mais au lieu d'ajouter une mèche à chaque maillon, on en n'ajoute une que lorsque que c'est la mèche du haut qui passe par dessus. En gros, ça donne un séquence : haut-bas-haut+mèche-bas-haut+mèche-bas... 
On continue jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de mèches à ajouter et ensuite on tresse normalement jusqu'en bas.

 Oui, la tresse de droite est bien une cata. Heureusement celle de gauche est bien faite.


3. Réunir les deux tresses en tas un peu comme vous pouvez...



4. ... et glisser le tas dans le filet



5. Centrer ensuite le tas et fixer le filet avec des épingles. Terminer avec les épingles du dessous qui serviront à bien tendre le filet.

Et voilà !


A partir de la semaine prochaine, je changerai de sexe une semaine sur deux pour me transformer en un beau mâle brun,  aux cheveux encore courts mais en train de pousser, sans perdre bien sûr mes précieuse bouclettes.  Je répondrai au doux nom d'Ender. Par contre, ne rêvez pas les filles, je suis (ou plutôt, mon alter égo masculin est) déjà maqué avec la taulière, donc vous devrez garder vos fantasmes délirant pour vous. (mais promis, si un jour je change d'avis, je vous le ferait savoir ;) )
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 16 février 2012

Tuto Coiffure : Queue de cheval avec tresses

Bonjour les gens !

Aujourd'hui, je suis un peu pressée, donc le tuto que je vais vous faire va être assez rapide, pour une coiffure assez facile bien qu'un peu longue à faire.

Quand arrive l'automne, je ne sais pas pourquoi, mais j'aime beaucoup me faire des coiffures dans le style hippie/indien avec plein de tresses. Voilà un exemple de ce que je fais.

Queue de cheval avec tresses


Temps de réalisation : 30 min plus ou moins suivant votre longueur, votre épaisseur et votre vitesse de tressage.

Difficulté : Facile




Matériel nécessaire :

 - Des cheveux à partir des épaules
 - Un élastique de la couleur de vos cheveux
 - Une petite épingle en U ronde ou plate, ou bien une mini pince croco
 - Plusieurs petits élastiques poney

Prérequis :

- Queue de cheval haute (dont je vous fait le tuto dès que j'ai trouvé un logiciel de montage pas trop compliqué qui tourne sous Linux, promis)
- Toutes sortes de tresses

Réalisation :

1. Faire une queue haute.

2. Diviser votre chevelure en 6 mèches, ce n'est pas grave si elles ne sont pas égales, ça donnera de la variété. Si vous avez des cheveux très épais, faites plus de 6 mèches de manière à ne pas avoir des tresses trop mastocs.

3. Prendre la première mèche, et la tresser selon votre choix. Ensuite, l'enrouler autour de l'élastique pour le cacher et fixer avec l'épingle en U ou la pince croco.

4. Tresser toutes les autres mèches. Faites des tresses différentes selon votre envie. Si vous avez des cheveux qui bouclent un peu aux pointes, vous pouvez arrêter les tresses au 2/3 de manière à obtenir une anglaise sur le dernier tiers.

Variante : N'hésitez pas à insérer des rubans fins ou lacets (en cuir par exemple) de couleur qui contraste avec la couleur de votre chevelure dans la queue de cheval pour faire des tresses avec des mèches qui ne sont pas des cheveux.
Rendez-vous sur Hellocoton !